Les Partenaires

PACCo est un projet de partenariat axé sur deux sites pilotes: la basse vallée de l’Otter, l’est du Devon, en Angleterre et la vallée de la Saâne en Normandie, en France. Découvrez toutes les organisations partenaires ci-dessous.

Environment Agency

L’Environment Agency (EA) est responsable de la protection et la gestion des rivières, lacs et zones humides côtières en Angleterre. Son rôle est de trouver un équilibre entre la protection de l’environnement et les usages. L’EA travaille sur les risques et opportunités liés au changement climatique, à travers un programme nommé « Government’s Climate Ready Programme. Face aux impacts du changement climatique, l’EA s’intéresse à la gestion de l’eau et des zones humides et a un rôle de conseil dans l’urbanisation. Elle a également la possibilité de conseiller et de rassembler des outils pour faciliter les prises de décisions. La priorité a été mise sur limiter le changement climatique et s’adapter à ses effets. Elle travaille en collaboration avec d’autres organisations sur l’adaptation au changement climatique et contribue au Climate Change Act via un programme dédié à ce sujet. L’EA travaille avec le DEFRA (Département pour l’environnement, l’alimentation et les affaires rurales), le Met Office et d’autres organismes publics pour développer des outils de prédiction du changement climatique pour le pays. Le UK Climate Prediction publié en novembre 2018 comprend les informations les plus récentes concernant les prédictions de changement climatique du Royaume-Uni. En tant que Chef de file pour le projet PACCo, l’EA sera impliquée dans tous les modules de travail.

Department for Environment, Food and Rural Affairs (Defra)

DEFRA est un organisme d’Etat responsable de la sauvegarde de l’environnement, de l’agriculture et de l’industrie agroalimentaire et du maintien d’une économie rurale florissante. Il comprend 33 agences et organismes publics, incluant l’Environment Agency. DEFRA a rédigé un document pour le programme et la stratégie d’adaptation nationale au changement climatique (UK National Climate Adaptation Programme and Strategy), sur lequel le projet PACCo s’aligne. Un autre document (25 Year Environment Plan), initié par le DEFRA, propose également des moyens pour s’adapter au changement climatique. Le DEFRA sera impliqué dans les questions relatives aux aspects financiers tels que : le remboursement des frais inclus dans les financements Interreg, les éventuelles modifications budgétaires, l’identification des risques et le suivi des dépenses budgétaires. Il sera également un acteur dans les actions de sensibilisation du projet.

East Devon Pebblebed Heaths Conservation Trust (EDPHCT)

Créé en 2006, l’EDPHCT s’occupe de la gestion et de l’ouverture au public de l’estuaire de l’Otter (33ha, 200 000 visiteurs par an) et de landes (1000ha, 1,9m de visiteurs par an). L’EDPHCT est reconnu pour ses compétences dans la gestion environnementale et est responsable de sites remarquables pour la conservation de la nature, très importants au niveau national. Dans le projet PACCo, l’EDPHCT sera inclus dans tous les modules de travail. Il mettra à profit son expérience et sa connaissance dans le partenariat avec les organisations et communautés locales pour les opérations de création, de suivi et d’évaluation d’habitats et pour l’adaptation socio-économique à l’évolution environnementale notamment au travers d’aménagements pour les entreprises, le tourisme ou les loisirs et des programmes de sensibilisation.

Conservatoire du littoral

Etablissement public engagé avec différents partenaires, le Cdl est impliqué dans des études et programmes d’actions, en faveur de la gestion durable du trait de côte, contribuant à l’adaptation au changement climatique (au niveau européen, cela inclut une participation au projet Branch, Leornardo et LiCCo). En France, le Cdl est à l’initiative du projet Adapto, qui vise à montrer des approches innovantes de la gestion intégrée du trait de côte. Des solutions sont actuellement en test sur une dizaine de sites représentatifs de la diversité des côtes françaises. En Normandie, à la suite du projet LiCCo (Living with a Changing Coast, Littoraux et Changements Côtiers), le Cdl soutient les acteurs locaux qui mettent en place des actions visant à l’adaptation au changement climatique. Depuis 2012, le Cdl anime et coordonne le projet territorial de la basse vallée de la Saâne, en lien avec les acteurs locaux, les organismes d’Etat et les riverains impliqués dans le projet. Le Cdl est le coordinateur du projet PACCo pour les partenaires français, en charge de la coordination et du suivi administratif du projet Interreg. Le Cdl est impliqué dans tous les modules de travail.

Communauté de Communes Terroir de Caux (CCTC)

La Communauté de communes Terroir de Caux est impliquée dans le projet territorial de la Saâne à différents titres : pour l’attractivité du territoire, avec notamment un office de tourisme à Quiberville-sur-Mer ; pour l’assainissement, compétence prise au le 1er janvier 2020 ; pour l’urbanisme ; et pour la protection contre les inondations. La CCTC est maître d’ouvrage d’une vaste opération visant à améliorer le système d’assainissement dans la basse vallée en remplaçant des équipements individuels et collectifs défaillants, sources de pollution pour le fleuve côtier, par un système collectif performant.

Commune de Quiberville

Quiberville-sur-Mer est une commune côtière exposée aux risques inondation et submersion marine, ainsi qu’au recul du trait de côte. Pour réduire l’impact de ces phénomènes sur les activités économiques et l’attractivité du territoire pour les habitants, Quiberville a mis en place un programme de défense contre la mer, comprenant une digue et des épis contribuant à maintenir le cordon de galets. La politique locale s’oriente vers une adaptation au changement climatique. L’objectif est de réduire les coûts liés au maintien d’infrastructures dans la zone de risque. La commune de Quiberville sera impliquée dans la préservation de l’activité socio-économique du territoire, ainsi que dans son adaptation au changement climatique. Elle participera au travail visant à promouvoir une stratégie de relocalisation d’infrastructures, suivant les exemples du camping de Quiberville ou du terrain de cricket de la vallée de l’Otter.